Je ne marcherai pas pour un monde qui s’écroule

Il y a 1 an ou 6 mois je n’aurai jamais cru que cette élection allait autant me passionner. J’étais parti pour voter blanc car aucun candidat n’abordait les sujets écologiques avec crédibilité. J’étais parti pour regarder ça avec du pop-corn dans mon coin comme un vieux con. Finalement j’ai cru un instant qu’il y avait une alternative désirable dans le paysage politique français. J’ai cru que mon pays pouvait donner l’exemple et qu’on lancerait un mouvement inédit de prise de conscience écologique en réformant la constitution française et les traités européens. Au fil des jours, j’ai cru que nous avions encore une chance d’éviter un dérèglement climatique majeur, l’érosion complète de la biodiversité, cet effondrement de civilisation et ce monde du chacun pour soi qui se prépare. Le projet politique de la France Insoumise ne me convenait pas à 100% mais sa construction autour d’une assemblée constituante et de la règle verte dans la constitution structurait une vision dans laquelle je parvenais à me projeter avec le sourire. Ce qui me déprime ce n’est pas que cette alternative n’ait pas convaincue assez de gens pour avoir sa chance. Ce n’est pas la première fois que l’opinion vote avec son cerveau émotionnel sans se servir de l’autre moitié. Au fond de moi, cela ne me surprend plus. Pourtant, j’attends avec impatience les résultats par tranche d’âge car ma bulle de filtre sociale me laisse envisager l’espoir qu’une majeure partie de la jeunesse a voulu porter la même vision que moi.

Ce soir, ce qui me déprime le plus c’est la taille des ficelles qui s’agitent devant nos yeux depuis quelques mois. Tocqueville disait « Je ne crains pas le suffrage universel : les gens voteront comme on leur dira. » 150 ans de démocratie plus tard, nous y sommes encore. Ces invisibles qui nous gouvernent mais que nous n’avons pas le pouvoir d’élire ou de révoquer sont capables de créer de toute pièce une fiction politique et de propulser leur poulain en pole position à coup de unes dans la presse, d’édito mensongers et de plateaux TV débilisants. Ajoutez à cela la bonne dose de divisions politiques et vous avez le scénario parfait : Ce sera face à la haine et la honte de MLP. Histoire de culpabiliser ceux qui ne sont pas tombés dans le panneau au premier tour et de forcer l’adoubement de leur nouveau champion. Rien de mieux qu’un score de république bananière au second tour pour cautionner 5 ans de réformes néolibérales.

Ce qui me déprime c’est que je pense que ces invisibles sont autant convaincus que moi que le monde tel qu’il avance aujourd’hui court à sa perte. Après tout, ils perçoivent les mêmes signaux que moi. Cultivés, éduqués, il n’y a pas de raison qu’ils ignorent les sirènes d’alarmes tirées par tous les scientifiques du monde entier.

Face à ces signaux, j’étais convaincu que nous avions encore le temps de bâtir une alternative. J’ai donc décidé de m’engager et de me battre tous les jours pour faire changer les choses par mon métier et ma vie associative. Ma conviction c’est que ces invisibles font tout pour gagner du temps. Gagner du temps et continuer d’exploiter un maximum de gens forcés de trimer car il faut bien manger, se loger et se chauffer tous les jours dans un monde où on organise les inégalités au sein d’un pays et entre les pays. Gagner du temps et attendre qu’innovation et croissance permettent à ces invisibles de se mettre au chaud et d’aménager leurs îles paradisiaques transhumanistes prêtes à les accueillir pour une vie eternelle à l’abri du monde qu’ils auront bousillé à petit feu.

Ce qui me déprime encore plus, c’est que je pense que Macron a de réelles chances de perdre contre MLP et son idéologie crasseuse. En partie car certains n’iront pas voter Emmanuel Macron au second tour refusant de cautionner ce scénario arrangé à l’avance. Je ne leur jetterai pas la pierre. Je refuse de marcher pour un monde qui s’écroule et d’accélérer cette fuite en avant. D’ailleurs je considère que MLP n’est que le fruit des 30 ans de politiques dont En Marche est la nouvelle bannière. Si c’est la vision de Macron et des invisibles que vous voulez pour la France, soit. Mais ne me demandez pas de la défendre, de l’assumer ou d’être « responsable » face au risque FN. D’autres passeront de FI à FN par contestation et révolte. La fan base historique de Fillon composée de châtelains traditionalistes et des malades de Sens Commun sera aussi certainement plus attirée par MLP que par le filleul politique d’un François Hollande. Et quel que soit le résultat, plutôt que de faire avancer le débat politique en mettant sur la table des sujets de fond et de long terme, nous allons encore parler pendant 5 ans d’identité, de crèches dans les mairies et de sécurité ou de neolibéralisme, de flexibilité et de compétitivité. 

Si c’est MLP qui l’emporte, on va rapidement voir si nos institutions sont solides, si nous sommes vraiment une démocratie ou si la France peut se transformer en régime totalitaire haineux et violent en quelques mois. Ce serait évidemment une catastrophe et un déchirement pour moi mais si la France est prête à l’élire peut être qu’elle mérite Marine Lepen. Je suis convaincu qu’il faudra surtout continuer d’essayer de convaincre que d’autres visions politiques sont envisageables car beaucoup de gens vont être très rapidement déçus quand ils vont voir qu’au delà de son lit de mensonges d’idioties et de haine, le FN est un parti politique populiste et démagogique et qu’ils se sont (encore) fait avoir par des promesses en l’air. Si c’est Macron, le combat politique sera encore plus difficile car il faudra également se battre pour défendre nos idées mais les techniques seront plus sournoises et les ficelles toujours plus anesthésiantes.

Bref quel que soit le résultat, il va falloir se battre comme jamais pour le monde qu’on veut voir ou surtout contre celui qu’on ne veut pas voir. Cela commencera avec les législatives. 

Ce soir j’ai surtout envie de me trouver une ferme, de rassembler ceux qui comptent pour moi et de commencer, moi aussi, à me construire mon île. Mais bon demain matin ça ira surement mieux et je repartirai au combat.

Ce soir je ne pense pas à ce qu’il va se passer dans 2 semaines mais à ce qu’il se passera dans quelques années quand les inégalités auront encore augmenté, que 500 millions de réfugiés climatiques seront aux portes de l’Europe et que les rendements alimentaires seront en effondrement partout car la biodiversité ne sera plus là pour nous assurer ses services essentiels. A ce moment là, on se regardera tous en se demandant ce qu’on a fait ou pas fait pour en arriver là. A ce moment-là, j’ai envie de pouvoir dire que j’ai essayé de tout faire pour que ce jour n’arrive pas. C’est pour ça que mon engagement ne s’arrêtera pas ce soir mais que je ne marcherai pas pour un monde qui s’écroule.

Retour en haut

Publicités

20 réflexions sur “Je ne marcherai pas pour un monde qui s’écroule

    1. Attention aux vérités définitives. A la première lecture on ne peut qu’être d’accord; A la seconde,moins. Il faut assumer notre connerie. On paie la division de la gauche. Emporté par élan, porté par la vague d’espoir légitime on a cru que Jean Luc allait tout balayer sur son passage. Aujourd’hui il mesure douloureusement son échec et le nôtre. Mais nous ne sommes pas vaincu. Même si nos idées sont les bonnes, on ne peut avoir raison seuls en démocratie. Et si la gauche (unie !!! cad nous et les autres) gagnait les législatives ? Macron devra prendre son premier ministre chez les vainqueurs. La Droite sarkozienne l’a compris plus vite que nous et ils ont plusieurs longueurs d’avance. Guillaume Martin se trompe. Nous ne sommes pas en regime présidentiel mais parlementaire; Il faut y croire. Or, ce ne sera possible qu’avec Macron, pas la Louve.

      J'aime

      1. Complètement d’accord les législatives sont notre salut , les LR ont compris ils sont en mouvement déjà dans mon département des flyers sont distribués
        Réveillons nous !!!!

        J'aime

  1. Merci, effectivement on se sent moins seul quant à tous les scénarios qu’on se fait dans nos têtes et toutes les solutions possibles aussi tristes quelles soient et qui même ont toujours été inimaginables avant ce premier tour, pour stopper cette machinerie. C’est trop triste mais une vraie guerre qui va commencer. C’est trop triste.

    J'aime

  2. Merci pour ce belle écrit je partage nombres de ces valeurs…et je compte me battre moi aussi.
    Il nous faut êtres unis et fort pour lutter contre la destruction de notre environnement communs, viable pour nombres de formes de vies actuellement mais plus pour longtemps a cette cadence effroyable du pillages qui sévit partout.
    Il nous faut être solidaire pour lutter de toutes nos forces contre cette machinerie néo-libérale..qui anéantis littéralement nos ressources et goinfre une élite protéger plus ou moins dissimulés mais surtout intouchable dans l’instant.
    Quelque soit la retombés du second tours cela sera la retombés de ceux qui l’ont voulue, qui ont votés ignare ou non des concequences d’un tels choix.
    Nous serons impactés tant que nous serons intriquées a ce systèmes..ce qui s’avère inextricable..en totalités du moins
    Cependant tant qu’il y’aura des combats a menés il y’aura des chances de victoires aussi improbables soit t’elles.
     » Que (n)vos choix refletètent (n)vos espoirs, et non (n)vos peurs »
    Nelson Mandela

    J'aime

  3. Merci pour votre témoignage touchant et si proche de la réalité ! (Du moins la réalité de ma bulle médiatique) Je serais simplement curieuse de connaître votre métier et vos engagements associatifs ?! Puissent-ils être aussi inspirants que vos écrits !!!!

    J'aime

  4. Je ne suis pas encartée dans un parti politique. Et cette reflexion est un simplement une indignation de voir qu’on puisse hesiter entre Macron et Le Pen.
    En politique, il faut essayer de satisfaire le maximum de monde. Et essayer de se passer des gens qui gagnent de l’argent , sous prétexte qu’ils ont trop d’argent, c’est se tirer une balle dans le pied. Il suffit de convaincre les forts qu’ils ont besoin des faibles et qu’ils peuvent repartir une partie de leur richesse aux plus faibles. Cf la conférence du DG de Danone.
    Je ne crois pas que Macron veuille enrichir les plus riches et apauvrir les plus pauvres. Et je ne crois pas non plus que s’il est élu , l’écologie ne sera pas une de ses priorités. Il est quand même un fruit du socialisme.
    Macron n’a pas un discours de haine et de rejet de l’étranger, il sera donc toujours meilleur président que Le Pen.

    J'aime

    1. Je découvre ce blog en même temps que l’article et je partage complètement le message qui est passé. Le pré-requis est d’avoir intégré une situation jamais décrite dans la presse traditionnelle.
      Si le message de la France Insoumise se résumait à une redistribution des richesses, et un peu d’écologie pour ramener quelques électeurs de plus, JLM n’aurait jamais fait un tel score.
      Penser que les problèmes actuels et donc les solutions nécessaires se résument à simplement convaincre quelques super riches pour qu’ils redonnent un peu (beaucoup?) d’argent au plus pauvre, c’est accepter le statu quo, et donc un enchainement prochain d’encore plus de problème. Mais je ne vais pas refaire l’argumentaire social complet de l’avenir en commun, car il y a assez de ressource disponibles sur internet, aux citoyens d’être curieux et de s’informer.
      De plus concernant l’écologie, vous dites « je ne crois pas … que … « , c’est typiquement le discours politique sur l’écologie depuis des décennies, probablement par refus de voir la réalité en face. En effet penser que l’écologie (et par déduction le problème de l’énergie au sens large) est un sujet qui doit nous occuper 5% (ref : fourchette haute de l’écologie politique) ne notre temps, c’est ne pas voir (ou ne pas vouloir voir) que l’écologie et donc la sauvegarde d’une terre habitable pour l’homme. Nous ne parlons pas ici de quelques sacs plastiques à nettoyer en mer, ou de changer une partie du parc automobile vers de l’électrique par exemple. Mais d’un changement complet de nos modes de vie, et il s’agit avant tout d’un travail culturel long et profond, et de dépasser tout un imaginaire de croissance dans lequel nous sommes tous plongés depuis l’enfance.
      Pour appuyer mon propos et si le coeur vous en dit, je vous propose en apéritif une conférence sur l’énergie et le climat donnée à l’école des ponts :

      . Et par le suite un entretien de Pablo Servigne

      (mais il faut beaucoup de temps pour tout accepter, j’ai moi même longtemps été dans le déni).
      Pour finir bien sur que personne ne veut du FN au pouvoir, mais penser qu’un président du moindre mal comme Macron va éviter les chocs qui arrivent et nous protéger du fascisme c’est reculer pour mieux sauter.

      J'aime

  5. Je comprends et ressens cette tristesse. Mais de grâce, merci de laisser tomber les beaux idéaux un bref instant pour réfléchir. Ne pas se présenter au deuxième tour ce n’est pas montrer son indignation. Non, la France contestataire d’hier n’a jamais attendue pour porter sa parole dans la rue. Aujourd’hui, et avec des billets comme celui-ci qui pullulent sur le net (certes généralement moins bien formulés), le message que vous portez n’est pas celui de l’engagement et du dégoût mais celui de l’inaction. Hier, manifestations, et aujourd’hui politique de l’autruche (abstentionnisme, vote nul ou blanc non reconnu) ?
    La France doit se battre contre l’oppression. La France c’est aussi toutes ces personnes qui, désabusées comme nous, devraient non pas se retirer des bureaux de votes et ne porter aucun message valable aux hautes sphères, mais voter contre Le Pen. Voter contre Le Pen par amour de la liberté, et gueuler dans la rue par amour de la démocratie. Ne vous laissez pas abattre : ne rien faire face à cette situation c’est porter un mouvement lourd ne conséquences.

    J'aime

  6. Guillaume, comme je te comprends… Je suis dans le même brouillard d’amertume. Mais peut-être que notre vision est faussée du début, peut être avions nous une vision erronée de la France. Une vision de fraternité de courage et de dignité qu’elle n’a peut-être jamais eu… Si notre peuple choisi de s’enfoncer dans les sables mouvants de la consommation et du plaisir immédiat et si l’humanité a choisi son autodestruction… La terre et ses habitants ne s’en porteront que mieux. En attendant vie de ta belle façon et cesse de te torturer l’esprit. Toute mon amitié !

    J'aime

  7. Guillaume, Je suis dans le même brouillard d’amertume. Mais peut-être que notre vision est faussée du début, peut être avions nous une vision erronée de la France. Une vision de fraternité de courage et de dignité qu’elle n’a peut-être jamais eu… Si notre peuple choisi de s’enfoncer dans les sables mouvants de la consommation et du plaisir immédiat et si l’humanité a choisi son autodestruction… La terre et ses habitants ne s’en porteront que mieux. En attendant vie de ta belle façon et cesse de te torturer l’esprit. Toute mon amitié !

    J'aime

  8. Vous l’avez sans doute entendu des milliers de fois mais un con qui marche va plus loin qu’un philosophe immobile !
    Alors, soit, restez sur le bas coté moi je préfère avancer malgré tout avec l’espoir de trouver, à un croisement, une route qui plaira mieux !

    J'aime

  9. J’aurais pu écrire ces lignes au mot près. Génial.
    Comme toi je me suis retrouvé dans le France insoumise et j’y ai cru. On était si proches de faire basculer les choses!
    Mais maintenant, pour lutter, ne doit- on pas laisser le terrain politique et appliquer pour nous tout ce que nous pouvons de ce programme que nous avons porté? Un seul exemple: si 7 millions de français passent au zéro déchet et désertent les grandes surfaces, ça peut faire du bruit!

    Aimé par 1 personne

  10. « Soit le changement que tu veux voir dans le monde ».
    L’exemplarité est probablement l’un des meilleurs moyens de montrer qu’une autre voie est possible. Et pour reprendre une autre citation :
    « The trouble is that once you see it, you can’t unsee it.
    And once you’ve seen it, keeping quiet, saying nothing, becomes as political an act as speaking out.
    There’s no innocence. Either way, you’re accountable. »
    Arundhati Roy, Power Politics, 2001.

    Aimé par 1 personne

  11. Un simple et grand merci ! Je me retrouve dans chaque ligne, chaque paragraphe de votre texte….
    L’espoir demeure, nous ne sommes pas seuls a penser autrement notre futur !

    J'aime

  12. « Si c’est MLP qui l’emporte, on va rapidement voir si nos institutions sont solides, si nous sommes vraiment une démocratie ou si la France peut se transformer en régime totalitaire haineux et violent en quelques mois. »
    L’auteur du blog est prêt à ne rien faire pour éviter ce scénario ? Il est prêt à tester ? Comme si c’était aussi facile que ça de revenir en arrière ?
    « Ce serait évidemment une catastrophe et un déchirement pour moi mais si la France est prête à l’élire peut être qu’elle mérite Marine Lepen. »
    C’est si facile de faire culpabiliser les autres (« la France » le mérite) de ce qui pourrait arriver quand on n’a rien fait pour l’éviter. Où est l’autocritique de l’auteur ? A-t-il fait suffisamment pour convaincre les autres ? Ne sera-t-il satisfait quand quand tout le monde sera de son avis ?
    Puisque le thème choisi ici est l’écologie, l’auteur devrait se poser la question de ce qui est meilleur pour que ce thème avance dans le future. Une France repliée sur elle même, xénophobe, avec des problèmes sociétaires et avec un risque de confiscation de la démocratie ?
    C’est à la mode de dire qu’on est contre le système, les forces invisibles… Mais l’autre alternative c’est du mauvais montré et démontré, c’est pas de l’invisible. Alors jugeons selon ce qu’on voit et laissons le « croire sans voir » dans la sphère de la religion. Choisissons le « moins pire » et faisons ce qui est entre nos mains pour éviter le pire, puisque nous en avons les moyens. Et que chacun continue demain de défendre ses idées aux législatives et au quotidien.

    J'aime

  13. Non, ils n’auront pas ma peur !

    Je n’ai pas l’habitude de m’exprimer sur FB, mais à circonstances exceptionnelles…
    J’ai parcouru ce très beau texte de Guillaume les larmes aux yeux, écho et résonance à ce que je pense et ce que je ressens…Mais…
    Dimanche prochain, je voterai blanc, en choisissant de ne donner ma voix ni à l’un ni à l’autre, refusant ainsi de cautionner ce système électoral bâti sur la peur de l’autre, MLP sur la peur de l’Autre, Macron sur la peur de l’autre (elle, MLP). Et non, je ne voterai pas Macron par peur de MLP ! Et non, ils n’auront pas ma peur !
    J’entends déjà les protestations « En votant blanc, tu donnes une voix à MLP ! » Oui, parce que ce système est ainsi perverti qu’il ne prend pas en compte ce vote-là ; qui est pourtant un vote d’expression, mais non, car il y a quand même une grosse différence entre mettre dans l’urne un bulletin pour MLP et ne pas en mettre du tout ! Une énorme différence de réflexions, de croyances et de valeurs !
    Et si MLP est élue ? Et bien ainsi soit-il ! Peut-être ne sommes-nous pas encore assez adultes, mûrs et conscients pour vraiment changer le cours des choses, peut-être avons-nous besoin de repasser par certaines laideurs de l’histoire et replonger le nez encore plus profondément dans le pétrin pour en sortir un jour plus grands, plus forts, plus dignes !. Il paraît que l’histoire est un éternel recommencement, et bien recommençons !
    C’est un peu comme en thérapie, une personne qui travaille sur elle pour aller mieux, repasse toujours par des moments où elle replonge dans ses méandres pour en ressortir et aller encore mieux, dans un mouvement de spirale ascendant, et parfois descendant. Peut-être l’Humanité est-elle dans ce mouvement de spirale descendante !
    Macron ou le Pen, ce n’est pas cette petite élection de merde qui nous sortira du gouffre. Le monde ne va pas dans le mur, le monde est dans le mur. Ces gens-là assoient leur pouvoir sur les valeurs négatives : la peur, le pessimisme, la xénophobie, la violence… Ne leur donnons pas notre marasme, commençons la lutte en nous-même !
    Comment ? Voici un moyen simple, gratuit, facile, efficace de lutter contre tout cela : Chaque jour, regardons autour de nous toutes les belles personnes et les belles choses qui existent, toutes les belles initiatives qui fleurissent un peu partout, parlons à notre voisin, sourions à l’étranger dans la rue, créons du lien chaque fois que possible, vénérons et respectons la nature, écoutons le chant des oiseaux ou un concerto de Mozart, soyons positifs et optimistes, cultivons le soleil et la paix dans notre cœur quoiqu’il arrive, parce que tout ça, nous allons en avoir sacrément besoin ! Et tout ça, ni MLP ni Macron ni personne ne pourra nous l’enlever !
    Monde de bisounours ? Peut-être, mais pourquoi pas ? Plus nous serons nombreux à faire circuler ces valeurs, plus elles prendront de place et plus nous pourrons inverser la vapeur.
    Alors gardons notre joie, ne nous laissons pas assombrir par leurs sales magouilles et puis surtout, surtout, arrêtons de nous gaver de télé, à laquelle nous avons donné tellement de place et de pouvoir qu’elle a pris les commandes de notre vie et de notre moral !

    Allez, courage et bonne continuation !
    Vive le 1er mai 2017 !

    Catherine

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s